Quoi faire à Anglet, Pays Basque

Située entre Biarritz et Bayonne, Anglet est une des communes les plus vastes du Pays basque français, avec ses près de 27km² de superficie. C’est une destination touristique, une cité balnéaire qui rivalise de richesse en paysages avec ses voisines. Anglet est une ville verte, décorée de dizaines d’hectares de végétations urbaines, lesquelles sont entourées de quartiers pavillonnaires. On note en particulier quelques grandes forêts aménagées comme celle du Lazaret, ou encore la forêt du Pignada, poumon vert de toute une agglomération (Bayonne-Anglet-Biarritz). Point de rencontre de la mer et de la nature verte, Anglet accueille divers sites naturels exposant la biodiversité de ses zones humides, pour ne citer que le parc Izadia, ou encore la grotte de la Chambre d’Amour… Mais outre sa nature florissante, cette ville basque qui se donne aussi une identité gasconne propose en son sein une architecture immobilière pour le moins éclectique. Constructions néobasques, maisons anciennes de type chalet, bâtiment de style hispano-navarrais ou néo-espagnol… tout un ensemble de constructions typiques de la région basque définit l’aspect du paysage urbain. Anglet reste une destination à vocation touristique, même si presque tout le milieu est préservé des excès du tourisme de masse. Sa façade littorale est pour le moins à l’abri de la fièvre estivale, en étant également parmi les moins urbanisés de la côte basque. Pour autant, son potentiel touristique est immense, notamment à cause de cet aspect urbain pittoresque en terre ferme, mais aussi parce que sur ses 4,5 km de littoral, Anglet propose plus d’une dizaine de plages !

Réservez vos cours de surf à Anglet ici !

AngletAnglet n’a donc rien à envier en termes de spectacle balnéaire, face à ses communes limitrophes et d’autres villes du Pays basque. Les amateurs de « planche » de tous les niveaux y trouveront un littoral qui leur est totalement dédié. On lui attribue d’ailleurs un petit nom : « Surf City » (littéralement cité du Surf), parce que le littoral angloys ne compte pas moins de 11 spots. Parmi les plus réputées, la plage « les Sables d’or » est un beach break accessible à tous les niveaux de surfeurs. Située dans le quartier de la Chambre d’Amour, elle se démarque par la bonne qualité de ses vagues le long de l’année, surtout quand le vent vient du nord-ouest. C’est un spot de surf basque connu pour accueillir des compétitions de surf… nocturnes ! À sa suite, la plage Marinella d’Anglet est bordée d’épis rocheux et profite d’une configuration qui lui permet d’offrir des vagues de qualité. Également destiné à tout surfeur du niveau débutant à expérimenté, ou encore pour faire du SUP en famille, ce spot bénéficie d’une surveillance en été. Pour ceux, débutants ou initiés, qui recherchent davantage de frissons, le rivage angloys propose un certain nombre de plages « aimants à houles ». Parmi elles, le spot dit « des Cavaliers » est une zone pour les niveaux intermédiaires et confirmés. Il peut néanmoins accueillir les débutants qui ont la témérité dans le sang et qui veulent évoluer rapidement. Ils devront tout de même se faire accompagner par un moniteur pro et y aller idéalement à marée basse.

Hendaye, spot de surf aux conditions rassurantes

Aux confins de la côte sud-ouest de la France, au plus près de la frontière espagnole se trouve un coin de paradis pour touristes, surtout pour les amateurs de sports et d’activités nautiques. Hendaye, commune des Pyrénées-Atlantiques est pour ainsi dire un des joyaux balnéaires du Pays basque français. Sans être le site le plus connu en Nouvelle-Aquitaine, on le connait quand même comme 3e port de plaisance d’Aquitaine en termes de fréquentation. La ville entre dans l’aire urbaine transfrontalière hispano-française Irun-Hendaye. On y accède par la route nationale 10 depuis Paris ou par l’autoroute A63, ou encore en TGV depuis Paris, en TER depuis Bordeaux, en train depuis Irun (Espagne)… Les aéroports les plus proches sont à Biarritz (une trentaine de minutes) et à Fontarabie (Espagne, à une vingtaine de minutes). La ville d’Hendaye est surplombée par quelques collines (Urristi, Larroun, Saskoenea), des sites identitaires comme tant d’autres. De par son paysage environnant montagneux et forestier, il va sans dire qu’Hendaye est une étape de choix pour les randonneurs venus de tout le pourtour des Pyrénées. Cette ville offre en même temps tout un ensemble pittoresque au sein duquel quelques monuments naturels et lieux se démarquent, pour ne citer que les fameux rochers Deux Jumeaux (bientôt trois), le domaine d’Abbadia, la baie de Txingudi, les dizaines de villas néobasques du front de mer… Mais parmi ses pôles attractifs les plus importants, Hendaye se démarque surtout par sa plage, la plus longue de la côte basque en s’étendant sur 3,5km.

Également élue par un parterre de visiteurs comme plus belle plage de sable fin du Pays basque, celle d’Hendaye offre surtout de larges possibilités en matière de surf. Plus précisément, pauvre en grosses vagues et en fortes houles (avec hauteur maximum de 1m et moins de 10 secondes d’intervalles), la plage d’Hendaye présente au large une situation propice à du surf sans risque (un beach-break pour les connaisseurs). Un spot idéal pour les débutants et les enfants, mais aussi les écoles de surf… Pour ceux qui recherchent davantage de déferlement (donc moins de conditions rassurantes pour les néophytes), le meilleur spot se situe au centre de la baie, notamment le spot dit « Le Casino » qui est un espace de 1km depuis le milieu de la plage vers le site des Deux jumeaux…  À la plage d’Hendaye et ses environs, le surf est praticable tout le long de l’année et à toutes les marées. Outre une quasi-absence de rochers dans les environs, son orientation vers le nord en fait un spot de repli, le plus indiqué sur la côte basque. Lors des saisons propices, l’eau y est agréable avec une température entre 10 et 25°C (idéale en été bien sûr). Cela dispense souvent du port de combinaison trop encombrante. Le spot d’Hendaye s’ouvre à presque toutes les pratiques de surf : shortboard, surfboard classique, longboard, SUP, foil surf… Encore faut-il choisir les jours où ce lieu est le moins bondé de monde, pour pratiquer et développer son expérience en toute sécurité.

Saint-Jean-de-Luz, des spots multiples

Dans l’arrondissement de Bayonne, Saint-Jean-de-Luz tient lieu de point de rendez-vous idéal pour les passionnés d’activités aquatiques. Pour s’y rendre, on prend l’A10 ou l’A63 sans détour depuis la Capitale française, ou encore l’A54, l’A9 ou l’A64 depuis Marseille… Les TGV et les TER y passent. L’aéroport de Biarritz est à 20 minutes et est desservi depuis un grand nombre de villes surtout en été…  En visitant Saint-Jean-de-Luz, on se rend compte tout de suite de sa vocation portuaire, à quelques lieux de la frontière avec l’Espagne. En bordure de sa baie éponyme (qu’on appelle plus volontiers « Baie de Socoa »), cette ville de la traditionnelle province basque du Labourd met en avant un charme maritime incontestable, rivalisant d’attractivité avec Biarritz ou les autres communes côtières voisines plus grouillantes. De ses vues dégagées sur la mer et de ses montagnes, aux sentiers littoraux pittoresques qui permettent de passer d’une ville voisine à une autre, Saint-Jean-de-Luz offre une multitude de façons et de moyens pour la découvrir. En bon touriste, on peut d’ores et déjà pencher pour une visite culturelle à travers une promenade d’oxygénation. Plusieurs sites historiques et pittoresques attendent les voyageurs : le fort Socoa, la maison Louis XIV… Incontournable, le centre-ville révèle une certaine historicité, et la touche basque, avec les maisons à colombages et ses ruelles anciennes entre autres témoins du passé. Mais c’est sans doute en longeant le port et les quartiers littoraux que bon nombre de visiteurs verront toute la splendeur de la ville et de ses environs.

Saint-Jean-de-Luz est une station balnéaire à bien des égards. Si on attribue une certaine authenticité à son port, on ne pourrait nier l’intérêt de sa vaste baie pour les surfers. C’est un grand plan d’eau orienté au Nord avec une superficie de 190 hectares, offrant donc aussi bien de la place que des conditions parfaites pour tous les amateurs de planches en tout genre, néophytes ou pros. De fait, il y existe une bonne liste de spots. Pour les débutants et la famille, on se tourne en premier vers la superbe plage d’Erromardie, avec une eau praticable pour tous les niveaux et une longueur de vague qui satisfera tous les pratiquants. Erromardie propose aussi à son extrémité nord des vagues plus houleuses et rapides réservées aux initiés. Le spot de la Bougie est aussi à découvrir, permettant aux amateurs de SUP et de longboard de surfer sur des vagues pour le moins accessibles à tous les niveaux, et qui ne se forment qu’en cas de grande houle. Mais si l’on recherche éperdument un point break dans la baie, on se fera assurément guider vers le spot de Lafiténia. Celui-ci offre des vagues longues et difficiles à dompter. Les plus expérimentés seront aussi séduits par le site de surf de la Pointe barbe (à l’opposé du fort de Socoa) ou encore le reef break du spot de Mayarco. Pour mettre la main sur un programme de surf adapté à son niveau, Saint-Jean-de-Luz offre donc tout un éventail qu’il suffit d‘étudier.

Guéthary, petite ville, grand spot

Toujours dans la province basque traditionnelle du Labourd, au nord de Saint-Jean-de-Luz, Guéthary est une station balnéaire bien connue en plein milieu de la côte basque. Cette petite commune pyrénéenne n’est pas moins un point de ralliement apprécié de nombreux surfeurs et amateurs d’activités nautiques. On peut y accéder par l’autoroute A64, mais en passant par l’échangeur de Saint-Jean-de-Luz. On s’y rend aussi en train par la ligne Irun-Bordeaux… Le sentier littoral de la côte basque traverse également la ville, pour ceux qui veulent visiter Guéthary à pied. Ancien port baleinier et thonier, cette commune située entre Biarritz et Saint-Jean-de-Luz offre un paysage harmonieux et captivant. Base et point de départ de premier choix pour découvrir les côtes basques, cette ville plait en premier lieu par son authenticité, mais aussi par sa taille humaine (1,4 km²) idéale pour se ressourcer lors de promenades en famille, à deux, entre amis… Mais Guéthary, c’est aussi un lieu de vie extraordinaire et conviviale, avec son petit port typique, témoin et gardien de sa nature maritime de longue date. En somme, cette commune à vocation balnéaire, Site Patrimonial Remarquable, demeure un des nombreux milieux servant à la conservation et la perpétuation de l’identité basque, que ce soit en matière d’architecture, de culture, etc. Ville dont l’économie est en grande partie axée sur le tourisme, Guéthary présente surtout un intérêt majeur pour les férus de sports nautiques et les amoureux des activités maritimes.

S’ouvrant sur le golfe de Gascogne, Guéthary possède un bon nombre d’atouts à proposer aux amoureux de la nature maritime et des sports aquatiques. Le paysage marin est diversifié, témoignant de la variété des offres en matière de spots de surf. Ceux-ci sont en grande partie proposés aux surfeurs de niveau intermédiaire à pro. L’un des plus fameux de France, le spot de Parlementania est sans nul doute le must pour tout grand amateur de planche qui visite la région. Ce « spot de gros » que Guéthary partage avec une commune voisine, Bidart, se distingue par ses vagues volumineuses évoluant à quelques centaines de mètres de la terre ferme. Et pour dompter celles-ci, il va falloir bien choisir sa planche ! C’est un milieu prisé des amateurs de longboard et SUP. À sa suite, une autre zone de surf mythique à Guéthary, les Alcyons constituent un milieu idéal pour développer la pratique. Ce « reef break » est un peu plus proche des bords. Il faut donc faire attention aux rochers, voire se faire accompagner par un connaisseur des lieux, au début. Par ailleurs, parmi les destinations de surf prisées de ceux qui misent sur de bonnes vagues, on ne peut contourner l’idée de voir la baie de Cenitz. Si ses vagues molles et faciles peuvent profiter aux débutants, le spot de Cenitz présente quand même un fond rocheux. En tout cas, c’est un des meilleurs spots de surf où l’on peut trouver deux vagues : une gauche plus rapide depuis la pointe sud de la baie et une droite lente à l’opposé.

 

Bidart, point de rendez-vous familial pour du surf

Délimitée par deux autres destinations phares basques de la province du Labourd, à savoir Biarritz et Guéthary, la commune de Bidart jouit d’une position aussi exceptionnelle que celle de ses voisines, face à l’Atlantique. Il s’agit d’un autre point de rendez-vous idéal pour les amoureux des côtes françaises et de la nature. Cette ville propose en effet un paysage pour le moins contrasté, entre bois, quelques collines, et une longue façade littorale (près de 5 km). Bidart est une ville où nature et urbanisme semblent avoir fait un pacte, pour évoluer ensemble et en toute harmonie. Elle s’enrichit notamment d’une préservation impressionnante du patrimoine architectural basque que l’on retrouve sur de nombreuses habitations et bâtisses. Dans ce plan architectural, un certain nombre de grands édifices se démarquent, pour ne citer que le château d’Ilbarritzd, l’Eglise Notre Dame de l’Assomption et tant d’autres… L’authenticité de cette commune n’empêche pas des réalisations contemporaines. En tout cas, c’est également un milieu vert et fleuri, avec des ruelles et des sites emplis de végétations décoratives, faisant toute la splendeur de chaque quartier. Les bois environnants sont vastes. Le tout donne lieu à un ensemble paysager pittoresque. Bidart est accessible via la route départementale 10 et les sorties de l’autoroute A63 à Biarritz et Saint-Jean-de-Luz. On la rejoint aussi en train depuis Irun en Espagne… Bidart, c’est un vaste territoire au riche patrimoine touristique, possédant quelques grandes zones naturelles protégées, et comptant aussi pas moins de six plages ne pouvant qu’intéresser au plus haut point la communauté des férus d’activités nautiques.

Dans la liste des milieux aquatiques prisés des habitués et passionnés de surf à Bidart, 3 d’entre eux émergent du lot. La plage d’Uhabia est située à l’embouchure de la rivière éponyme, du côté sud du littoral. Il s’agit de la plus large plage de cette ville, mais aussi celle dont l’accès est le plus facile. Elle est même visible depuis la route départementale (D810). Si le sable roux le caractérise à première vue, la plage d’Uhabia à Bidart est aussi un point de rendez-vous célèbre pour les surfeurs aventuriers. Au large, on retrouve un beach break praticable principalement à marée basse et à mi-marée. La présence de l’estuaire donne lieu à une gauche et une droite à la hauteur des attentes des surfeurs de niveau intermédiaire à bon. À côté de ce spot de surf, on retrouve aussi la plage du Centre. Comme son nom l’indique, elle se trouve au beau milieu de la côte bidartare, proposant plusieurs centaines de mètres de sable fin. Ce spot propose une bonne rangée de vagues accessibles à tous, du débutant au pro de la planche. C’est un aimant à surfeur pour ainsi dire. Enfin, à la frontière avec la commune voisine de Biarritz, tout au nord, la plage d’Ilbarritzd est un milieu plutôt sauvage qui semble encore épargné par la fougue estivale. Ce spot est également accessible aux surfeurs de tous les niveaux. Les vagues sont plus techniques qu’ailleurs, mais elles permettent d’apprendre plus efficacement le surf.

Biarritz, retour à la source du surf français

Destination de premier choix des princes et souverains des XVIII et XIXe siècle, Biarritz demeure une destination touristique prisée à cause d’un environnement côtier propice à la villégiature. Cette commune possède un patrimoine naturel étonnant de par sa diversité, allant de sa côte riche en contraste à ses milieux champêtres, pour ne citer que le site du lac de Mouriscot faisant 110 hectares ou la forêt d’Iraty. On connait surtout la beauté du littoral, jonché de nombreux édifices rocheux et de rochers de caractère, auxquels sont attribuées des appellations propres : la pointe Saint-Martin qui accueille le phare de la ville, le rocher de la Frégate, le plateau d’Atalaye, le Rocher de la Vierge… Des milieux pittoresques qui font de beaux arrière-plans de photos. Le charme de cette ville de 11,66 km² ne s’arrête évidemment pas à sa nature et son caractère de station balnéaire. Car outre les lieux aquatiques et naturels qui valent plusieurs détours dans cette commune, Biarritz est aussi appréciée pour son architecture urbaine et paysagère. Diversifiée aussi, mais harmonieuse, elle est en grande partie issue d’une longue tradition balnéaire, avec notamment ses belles constructions en bord de mer, comme la célèbre villa impériale d’Eugénie, les chalets de la rue d’Espagne, ainsi de suite. Cette richesse multiple fait donc de Biarritz un autre joyau du Pays Basque, mais sa culture sportive est tout aussi intéressante ! Connue pour accueillir l’un des plus anciens parcours de golf d’Europe (Golf Le Phare), cette commune française basque est surtout le point d’origine du surf français.

Si la côte basque et le surf sont des notions étroitement liées, c’est Biarritz que les annales du surfeur retiendront comme lieu de naissance de cette discipline en France, voire en Europe. Son atout pour avoir toujours été en haut de la liste des destinations des surfeurs, ce sont ses plusieurs plages et spots. L’on retiendra parmi ceux-ci 3 sites de grande notoriété. La Côte des Basques est tout simplement l’emblème du surf basque et français.

Les historiens du surf s’accordent à dire que c’est le berceau du surf français et européen, pour des raisons évidentes : Jo Moraiz y a établi la première école de surf en Europe !

D’une vague appropriée pour les néophytes au nord, on passe au centre sur des vagues plus creuses, domptables uniquement par les surfeurs de haut niveau. Ensuite, la plage de Marbella, attenante à la Côte des Basques, est occupée quasi exclusivement par les Biarrots. Mais c’est surtout un spot que se réservent les surfeurs initiés, car ses vagues sont pour le moins techniques. On peut facilement se faire surprendre par le fait que, d’une humeur tranquille au premier abord, les vagues peuvent être creuses et former de jolis « bowls » d’un coup. Il y a enfin la curieuse plage de Miramar située en ville, surplombée par le prestigieux hôtel Palais du Biarritz, et donc facilement accessible. Outre son cadre propice à la détente, son environnement agrémenté par la « roche percée », ce site offre de belles conditions pour s’adonner à du surf ou à du SUP. C’est un beach break où les fonds plus ou moins rocheux et sableux donnent lieu à de belles vagues.

 

Hossegor : un littoral riche en spectacles

Hossegor ou Soorts-Hossegor pour le gentilé est une commune des Landes, en Nouvelle-Aquitaine, à une trentaine de kilomètres du Pays basque (Bayonne en particulier). C’est une station balnéaire positionnée sur une partie de la fameuse Côte d’Argent. Ainsi nichée entre la forêt des Landes et l’Océan atlantique, sa situation lui vaut d’être parmi les destinations phares des visiteurs en manque d’authenticité, et des surfeurs du monde entier. Cette commune landaise se démarque par son patrimoine architectural en grande partie néo-basque, comme les maisons à façade basco-landaise du style des maisons de campagne basques. Cette identité basque transposée à celle landaise est une touche qui fait la particularité même de la ville. Hossegor est une destination de premier choix pour ceux qui recherchent une escapade à travers la nature, sans vraiment quitter l’environnement urbain. Autour de son grand lac marin éponyme se développent une faune et une flore pittoresques. Mais ce plan d’eau, vestige d’un ancien estuaire, est avant tout un point de promenade et un milieu où l’on s’adonne volontiers à du pédalo ou du SUP. On y découvre aussi des installations ostréicoles, donc l’occasion de déguster de délicieuses huitres dans les restaurants environnants. Les amateurs de golfs adoreront aussi le parcours à 18 trous avec un tracé au style britannique auquel la ville a dédié le nom de l’avenue où il se trouve (Avenue du Golf)… Évidemment, on ne peut pas non plus parler d’Hossegor sans toucher mot de ses 7 km de plages et un parterre de spots de surf.

On dit de la ville d’Hossegor la capitale française du surf, de par ses diverses offres de spots spectaculaires. On en connait 5 installés le long de son littoral océan de 7 km. Outre la fameuse plage de nudistes et site de compétition de surf, les « Culs Nuls », les spots la Nord ou encore la Sud… deux autres grandes places de surf font la renommée de la station balnéaire Hossegor : la plage du Centre et La Gravière. La première se situe pile au centre de la ville, près du lac d’Hossegor. Au vu de son caractère très animé, et ce, toute l’année, avec ses nombreux restaurants et bars le long du rivage, cette plage est celle qui rameute le plus de monde. Mais c’est aussi le spot qui semble le plus dédié aux pros du surf, avec des conditions optimales surtout à mi-marée (parfois aussi à marée haute). Ce beach break ouvert à l’océan se démarque avec une gauche et une droite déployées par un mélange de houles de fond et de houles de vent. Les vagues sont très près du bord. Le spot de la Gravière, lui, est celui qui contribue le plus à la notoriété d’Hossegor en tant que point de rendez-vous mythique des surfeurs. D’abord, l’eau est bonne : 11 à 25°C, permettant d’y surfer confortablement le long de l’année, même s’il est plus idéal d’y aller sur la période d’avril à août. Les surfeurs y rencontreront des vagues puissantes, boostées par une houle moyenne ou longue et un vent nord-ouest.

Seignosse : un paysage de vacances

Au sud des Landes, toujours face à l’immensité océanique et entourée de la forêt des Landes (une partie couvre deux tiers de sa superficie), la ville de Seignosse est accessible via l’A63 (sortie 8 depuis le sud, ou sortie 10 depuis le nord) ou l’A64 (sortie 6 Peyrehorade). La gare ferroviaire la plus proche est à Bayonne (30km). L’aéroport de Biarritz est à 45km… C’est une ville landaise peu dense (un peu plus de 110 habitants au km2), qui semble nichée en pleine nature. En tout cas, son cadre idyllique avec un paysage à multiples visages vaut tout un séjour. En matière de tourisme et de loisirs, son offre tourne autour de plusieurs domaines d’activités et d’espaces naturels, pour ne citer que : l’espace littoral Natura 2000, une partie de la zone du lac d’Hossegor, la réserve naturelle de l’Étang noir… Seignosse dispose aussi de son terrain de golf, planté sur un domaine vallonné de 70 hectares, avec obstacles d’eau et un parcours à 18 trous. Point de rendez-vous en matière d’activités nautiques, là où se rencontrent les amateurs et pros de la planche et du kitesurf de tous les horizons, Seignosse propose aussi un immense parc aquatique, le plus important dans le département landais. Il y a tout ce qu’il faut pour tous les plaisirs de l’eau : piscines chauffées avec kamikazes et toboggans, bains bouillonnants, pataugeoires… La ville de Seignosse est une zone balnéaire landaise par excellence, avec accès à tout ce dont un vacancier ou un touriste rêve pour se changer les idées.

Seignosse est un haut lieu du surf. Avec Biarritz ou encore Anglet, cette commune est considérée comme l’un des points de départ du surf français. Les connaisseurs mondiaux classent même les plages de Seignosse parmi les meilleurs « beach breaks » de la planète. Dans sa liste de must en matière de surf, 3 spots phares sont pour le moins incontournables le long des 6km de plages. Au centre du littoral seignossais et au large d’un quartier très animé et dynamique, le site de surf dit Le Penon est un spot exceptionnel proposant de la bonne vague toute l’année, avec des conditions parfaites apportées par un vent d’est léger et une houle venant d’ouest. On y surfe le mieux à mi-marée. Mais les plus passionnés y trouveront de temps en temps assez de houles à marée haute.  Le spot Les Casernes offre à peu près les mêmes conditions. Il donne aussi des vagues puissantes à presque toutes les marées (même si la moyenne est la plus propice), sans pour autant rivaliser de constance avec Le Penon. La plage des Bourdaines est un peu moins connue, car un peu dérobée derrière des dunes. Il s’agit pourtant d’un spot de classe universelle, avec des vagues puissantes de qualité de gauche et de droite. Mais bien que ce site de surf soit parmi les moins conseillés pour apprenants, il n’est pas moins un terrain de jeu idéal pour parfaire ses techniques, tout en étant accompagné d’un coach.

Randonnées sur les côtes basques et landaises
Pour les débutants et les moins fans, faire du surf en côte basque et landaise peut exténuer, et faire manquer tellement d’autres activités sources de plaisir. Et si vous délaissiez un peu votre planche pour vous adonner à de la découverte et du sport léger en vous oxygénant ? Vous pourrez rassasier votre esprit et votre reflex de visions de rêve… La bordure océane en Pays basque offre une multitude de tracés qui permettra à chacun de trouver son bonheur en marchant. Dans cette partie sud-ouest de la France, l’on retiendra en particulier le nom de Talaia, le sentier du littoral basque.

Un véritable concept consacré par la loi (la Loi Littoral), le sentier du littoral n’est pas uniquement un parcours du combattant. Il s’agit d’un ensemble de points de vue uniques ouvrant sur des panoramas exceptionnels, tout un univers naturel et architectural à immortaliser dans des clichés sublimes. Sur la côte basque française, le sentier du littoral s’étend sur environ 25 kilomètres, traditionnellement divisé en deux étapes jusqu’au-delà des Pyrénées françaises.

  • Le premier tronçon entre Bidart à Saint-Jean-De-Luz fait environ 13 km. Il commence dans le cadre naturel verdoyant de la plage d’Erretegia. À partir de là, l’on découvre un paysage côtier diversifié alternant criques, plages, chemins… avec au passage des maisons néo-basques, la ville de Guéthary et toute la splendeur naturelle des côtes basques… Sur environ 4 heures de marche ou plus pour les férus de photographie, cette première partie du sentier se fait idéalement à marée basse.
  • Le sentier de Saint-Jean-de-Luz à Hendaye longe la côte sur une douzaine de kilomètres, et commence habituellement au port de Ciboure, port de pêche et de plaisance. Le chemin se fait un peu plus étroit, avec davantage de pierres et de roches pittoresques. On découvre une grande richesse géologique, mais aussi des forts, le château-observatoire d’Abbadia… avec de temps en temps des milieux verdoyants pour créer un beau contraste !

Les plus téméraires poursuivront leur route jusque dans la partie espagnole du sentier Talaia, et terminer les 54km de parcours. Il reste en effet 2 autres étapes des plus intéressants.

  • Le sentier de Hondarribia à Pasaia fait dans les 21 km. Celui-ci préserve son aspect sauvage d’antan et semble être le terrain de prédilection des marcheurs aguerris.
  • Le tronçon de Pasaia à San Sebastian sur 8 km termine le parcours Talaia. Il constitue la plus courte étape de Talaia, tout en ouvrant sur des paysages divers.

Pour les adeptes ou les néophytes qui s’intéressent de près à la randonnée en ascension, les montagnes basques côté français offrent une expérience inégalable. Le mont Ursuia, la montagne d’Artzamendi, le Mondarrain et tant d’autres destinations en hauteur (avec altitude modeste) donnent l’occasion de découvrir les provinces basques autrement. On profite d’un spectacle naturel, à travers des sentiers forestiers, des crêtes herbeuses, etc. Un autre incontournable lors d’une randonnée au sein des montagnes basques françaises : les Gorges de Kakuetta, mais il faut d’abord faire un peu moins de deux heures en voiture depuis les côtes basques avant d’y arriver.

Monter la Rhune, à pied ou en train

La Rhune est un terrain de découverte à elle seule, donnant lieu à une vision élargie de tout un pan de la nature et du paysage basque. Ce sommet de la chaine des Pyrénées est tout un emblème pour la région. Si bien qu’on y accède par une multitude de chemins de randonnée, que ce soit depuis la côte ou depuis des pays intérieurs.

  • Randonnée au départ du village de Sare

Au pied de La Rhune, la commune de Sare est sans doute le point de départ idéal pour aborder la Rhune avec des pieds de néophytes. C’est une montée à difficulté moyenne. Les randonneurs bénéficieront d’un balisage jaune intitulé « De col en col » pour mieux se diriger. En longeant la voie ferrée, on aboutit vers à un plateau où se trouve l’embranchement 4 pour aller au sommet.

  • Randonnée depuis le hameau d’Olhette à Urrugne, au lieu-dit de Trabenia

Si la distance est un peu plus importante, en comparaison avec d’autres trajets, les randonneurs bénéficieront d’un chemin moins pentu.  Ce point de départ offre deux itinéraires possibles depuis le Gite d’Olhette :

  • une montée par le Col des 3 Fontaines et la Cabane d’Arano Xola : depuis le parking, suivre l’itinéraire de gauche à l’embranchement.
  • une montée par le GR et la Venta Yansola : toujours depuis le parking, traverser la rivière et suivre la GR (rouge et blanc). La première montée débute au Col de Deskargahandiko. Le chemin vers le sommet est celui de gauche, permettant de passer par le gite d’étape Venta Yasola, avant de finir l’ascension.

 

  • Randonnée depuis la commune d’Ascain :

Le point de départ est le parking des carrières, près de la mairie du village. Cet itinéraire de 10,7km présente un dénivelé de 870m, pour une ascension de 2h plus ou moins. De difficulté moyenne, le chemin est rocailleux et présente une plus forte pente à la dernière partie.

  • Depuis la Gare du Col de Saint Ignace :

Présentant un dénivelé de 736m, cet itinéraire se fait en moyenne en 2h 30. Plus ou moins difficile, ce trajet est une alternative pour ceux en manque de patience en attendant le petit train.

  • Au départ du Col de Lizuniaga :

Accessible depuis la ville de Sare, c’est sans doute l’itinéraire le plus difficile avec ses 911 m de dénivelé pour seulement 9,3 km. Il se monte par le versant sud de la Rhune. Le panorama est évidemment différent de ceux offerts sur les autres trajets.

Pour la famille ou ceux qui ne sont pas fans de la randonnée, le concept du train touristique est de longue date sur le site de La Rhune. À prendre depuis la gare du col de Saint-Ignace, le Petit Train à crémaillère datant des années 1920 transporte les réfractaires à la randonnée jusqu’au point culminant de la fameuse montagne. On peut choisir plusieurs horaires dans la matinée et dans l’après-midi, entre 8h20 pour le départ et 19h30 pour le retour. Après une trentaine de minutes à travers un splendide paysage montagneux, la Rhune offre un spectacle incomparable, une vue sur le littoral basque et landais, sur l’Océan atlantique…

Apprécier les spots aquatiques d’Hendaye autrement
Plébiscités pour la pratique du surf, les littoraux d’Hendaye sont également idéals pour d’autres activités de glisse aquatique. Un bon nombre de spots le sont pour les autres sports tels que le Stand-Up Paddle, le kayak marin… En tout cas, pour aborder la mer avec le matériel requis, il faut souvent se faire accompagner de connaisseurs ou de moniteurs diplômés. Et pour garantir aux visiteurs une expérience unique en matière de glisse en mer, ils peuvent se fier à un des centres multi-glisses les plus réputés de la côte basque : Arteka Océan basé à Hendaye. Encore faut-il trouver le milieu adéquat.

Faire du Stand-up Paddle à Hendaye

Le stand-up paddle est une pratique à la fois récréative et permettant de développer son équilibre dans un cadre d’apprentissage du surf. Il se fait donc principalement en eau douce, mais il peut arriver que certains veuillent pratiquer du surf sur de vraies vagues avec une planche SUP adaptée. Dans tous les cas, les milieux aquatiques hendayais sont plusieurs à permettre cette discipline plus ou moins diversifiée. Le SUP est tout à fait faisable par exemple dans la baie de Txigundi. Pour les débutants en particulier, un parterre d’écoles de surf se fera le plaisir d’accompagner petits et grands dans leur apprentissage du surf en stand-up paddle.

Kayak de mer à Hendaye

Toutes les formules en matière de kayak de mer sont possibles au large du littoral d’Hendaye. Cette discipline est également une des activités phares à Hendaye. On peut en faire aux abords des falaises du Domaine d’Abbadia, autour des rochers Deux Jumeaux, dans la baie de Loya… En engageant le bon moniteur, on s’adonne aussi en toute sérénité à l’initiation au kayak de mer dans les eaux hendayaises. Ceux qui s’intéressent à ce type d’activités dans leur programme n’ont pas non plus à se soucier du matériel de kayak marin. Le centre multi-glisse Arteka Océan situé à Hendaye met à leur disposition un large panel de kayaks monoplace ou biplace à la mesure des besoins.

Balades en pirogue à Hendaye

Outre le fait que tous ses milieux aquatiques permettent de faire des promenades en pirogue hawaïenne, Hendaye peut tout simplement être le point de départ d’une randonnée maritime longeant le littoral basque. Le centre Arteka Océan propose aussi un panel diversifié de programmes, pour faire découvrir la splendeur des côtes basques.

Explorez les profondeurs sous-marines de la côte basque
Les sites de plongées sous-marines sont nombreux aux alentours du sentier littoral basque. Le fond maritime dans cette région recèle une faune et une flore exceptionnelles, à découvrir lors d’une randonnée palmée ou même dans le cadre d’un baptême de plongée. Autant pour les visiteurs habitués que pour les nouveaux venus, l’accompagnement de connaisseurs reste de mise non seulement par mesure de sécurité, mais surtout pour trouver le bon spot de plongée. Cela est d’autant plus nécessaire pour les chasseurs d’images photo ou vidéo sous-marine…

En tout cas, faire de la randonnée palmée ou apprendre la plongée sous-marine, ou encore s’adonner à de la photographie sous-marine en Pays basque est rendu facile grâce à l’entrée en jeu de nombreux centres de plongée dans les communes du littoral. Par exemple, pour la zone autour de Ciboure et de Saint-Jean-de-Luz, le club de plongée Tech Océan (https://www.tech-ocean.fr/) propose un menu diversifié et des services complets ou sur mesure aux clients de la randonnée palmée. Il propose aussi une école de plongée ou des séances de formation de perfectionnement, permis de plaisance…

Autres activités à faire au fil de l’Atlantique

Les côtes atlantiques basques semblent être un terrain de prédilection pour toute sorte d’activités physiques en plein air. Elles accueillent effectivement les disciplines les plus anciennes comme les sports nautiques, mais aussi des pratiques récentes et les plus innovantes.

Du vélo en Pays basque : misez sur l’électrique

Le développement des vélos électriques dans cette région française est une preuve éloquente de la diversification et de la propension à la nouveauté du Pays basque. Faut-il savoir, par exemple, que la seule marque au monde de vélo électrique avec moteur à hydrogène est installée à Biarritz ? En tout cas, la pertinence du vélo électrique au Pays basque français est une évidence, du fait de l’aspect géographique de cette zone. Les VAE sont en effet construits pour permettre de gérer les chemins vallonnés et caillouteux, les pentes raides, et tous les paramètres faisant la difficulté d’un parcours en vélo.

Presque tout est fait pour permettre la bonne circulation des vélos électriques dans les Landes et le Pays basque. Ceux-ci accueillent un tronçon de la célèbre « Vélodyssée » qui longe tous les pays européens face à l’Atlantique depuis la Norvège, ce, sur 1200km. La section française se termine d’ailleurs à Hendaye. Mais outre cette véloroute, une multitude de sentiers sont ainsi aménagés pour permettre de faire du vélo électrique. Ils passent par les forêts, dans les montagnes, au bord d’un lac, dans les plaines… Les programmes sont également diversifiés, allant des simples promenades à de véritables randonnées en ascension

Toutes les activités à sensation forte au Pays basque

Les propositions d’activités à caractère sportif et déstressant sont légion dans les environs basques. Il faut dire que la nature du milieu est propice aux activités ludiques en pleine nature. Il y a presque toutes les activités « loisirs et nature », conçues et organisées dans de vastes sites réservés ou des spots par des centres spécialisés comme Cocktail Aventure, n°1 du rafting au Pays Basque.

  • L’accrobranche dans toutes ses déclinaisons est faisable dans un bon nombre de communes. Pont de singe, filet de pirate, pont à bascule, tyrolienne… les possibilités de voltige du haut des arbres ou d’une rive à l’autre d’une rivière sont immenses en Pays basque.
  • Pour une autre sensation en matière de glisse aquatique, le rafting est aussi une des pratiques de premier choix. À faire sur des rapides de la Nive, de la Garonne ou de la Gave de Pau entre autres, le rafting au Pays basque est un moyen plus ou moins sûr et sécuritaire de se procurer des sensations fortes sur une embarcation insubmersible !
  • Pour les plus sportifs, le canyoning est une sorte de randonnée de découverte qui consiste en un parcours de marche, d’escalade et de nage, à travers un itinéraire bien défini. C’est une discipline qui rivalise de rudesse avec le triathlon, une activité indiquée pour du tourisme en Pays basque.

Pour ceux qui désirent combiner toutes ces activités dans une formule complète, avec d’autres activités comme l’hydrospeed ou des jeux immersifs comme le paintball, la destination phare pour pratiquer est Bidarray. C’est une commune entre mer et montagne, mais profitant bien plus que d’autres d’une nature luxuriante et d’un paysage disparate.

Découvrir la culture basque et landaise

À travers les différentes activités ludiques et de détente en pays basque et landaise, on profite en même temps d’une vue à 360° sur les paysages, les rapides et le lit des cours d’eau, les gorges et les ravins, les criques et des cascades impressionnantes… Mais tout le long des derniers tronçons français du sentier du littoral atlantique, on découvre bien plus que du paysage.

Les particularités basques

Les étrangers comme certains Français remarqueront à coup sûr une principale singularité au Pays basque : l’étrangeté des noms de villes et de sites, signe de l’omniprésence de la langue euskara, cette langue traditionnelle dont héritent la plupart des noms de ses communes. Mais derrière cette langue vivante la plus ancienne en Europe occidentale, on retrouve une identité culturelle bien ancrée préservant concrètement ses traditions festives (festivals organisés toute l’année, représentations théâtrales traditionnelles, danses folkloriques comme l’Aurresku, la danse des épées, mutxico…) et ses coutumes sportives… à découvrir lors d’un séjour au Pays basque.

Les particularités landaises

Des Landes, en plus de l’attrait de leurs côtes pour les surfeurs du monde entier, on connait surtout une culture gastronomique riche. On en fait d’ailleurs un motif de passage et de séjour dans cette partie de la France. Réputé pour ses magrets de canard et son foie gras, le territoire landais hérite aussi de la diversité de tout le Sud-Ouest, retracée dans diverses spécialités comme le salmis de palombe, le confit de canard, et toute une liste de merveilles pour les papilles… Mais par ailleurs, il est inconcevable de décrypter les Landes sans parler de ses « ferias », les fêtes de village traditionnelles. Parmi les plus connues, on cite les fêtes de la Saint-Jean à Saint Sever et les fêtes de Tyrosse, dont les particularités communes sont l’organisation de corridas, de concours gastronomiques, les bals… On remarquera surtout la tenue des Landes en rouge et blanc portée par tous les habitants durant toutes les festivités.

Visiter Biarritz, pépite du littoral basque
La richesse naturelle, architecturale et culturelle basque se retrouve chez cette commune balnéaire semi-encerclée par le golfe de Gascogne. Avec un cadre fondamentalement vacancier, Biarritz profite d’un climat accueillant, sous une température agréable, en hiver comme durant les périodes estivales. Dans ces conditions on ne peut plus propices à la villégiature et à la détente, on peut aisément apprécier les points d’intérêt à faire et à voir à Biarritz.

Longer les plages biarrotes

Pour cibler les bons repères, une promenade littorale est une activité incontournable en arrivant à Biarritz. C’est l’occasion de découvrir des sites pittoresques urbains comme le fameux port des pêcheurs, le rocher de la Vierge, le plateau d’Atalaye… mais aussi de faire la connaissance de plages mythiques ou plus ou moins connues de Biarritz.

  • La Grande Plage de Biarritz est la plus réputée et présente le taux de fréquentation le plus haut. Positionnée au beau milieu de la station balnéaire entre 5 autres sites, elle se déroule sur environ 600m. Pour s’y rendre, il suffit d’entrer par le quai de la Grande Plage, d’où les personnes à mobilité réduite (en fauteuil roulant) peuvent aussi bénéficier d’un accès facile (chemin en pente). Sa localisation centrale en fait une plage très animée et facile d’accès (avec surveillance de mai à octobre). Elle est emplie de différents clubs et centres multi-glisse, mais aussi de plusieurs cafés et restaurants.
  • La côte des Basques est la plus vaste de la ville, avec plus de 1km de sable fin. C’est un endroit idéal pour se ressourcer au cours d’une ballade piétonne ou d’une séance de SUP au large quand les conditions sont correctes. Haut lieu du surf français, idéale pour la baignade à marée basse, cette plage de Biarritz est prisée des sportifs, mais aussi des familles, couples et voyageurs en solo. Elle est notamment entourée de falaises, du haut desquelles on peut avoir un panorama magnifique de l’Atlantique.
  • La plage de La Marbella est le prolongement de la côte des Basques. Cette petite plage offre un cadre idyllique et sauvage en même temps. Elle est moins idéale pour de la baignade ou autre chose que du surf, en étant exposée à la houle et à de forts courants. Cet élément hautement préservé du patrimoine naturel de Biarritz se tient bien loin de la foule, pour permettre d’apprécier sereinement la vue sur l’océan et ses environs rocailleux.
  • La Milady est située côté sud de la Marbella. Cette plage très fréquentée par les locaux offre un grand espace de 500m de long et une cinquantaine environ en largeur. Abritée et présentant certaines conditions propices à la baignade, cette plage présente néanmoins des vagues devenant plus agitées à marée haute et pouvant emporter au large. En tout cas, enfants et grands peuvent pratiquer, sous haute surveillance, différentes activités comme le wave-ski, le bodyboard, le surf… C’est une plage surveillée en période estivale, et accessible aux personnes à mobilité réduite. Tapissée de sable fin et de verdure, la plage de Milady est indiquée pour du pique-nique ou un moment de retrait devant le spectacle qu’offrent le paysage marin, l’eau azur et les massifs pyrénéens en arrière-plan.
  • La plage Miramar de Biarritz est attenante à la Grande Plage, vers le phare au nord, et se situe à deux pas devant le fameux Hôtel du Palais. Offrant un cadre exceptionnel pour faire un bon nombre d’activités nautiques, la Miramar se présente comme l’un des milieux favorables pour la découverte du passé riche de Biarritz : ancienne plage impériale, haut lieu de l’architecture basque et néo-basque… Elle reste cependant un site balnéaire paisible, moins bondé de monde que d’autres plages à Biarritz.
  • La plage du Port-Vieux est un modèle réduit. Avec une eau translucide de la taille d’une crique et n’offrant que 70 m de largeur de plage, elle n’est pas moins un coin cosy pour se baigner tranquillement. Entourée de falaises et de rochers, elle est préservée des vagues.

Apprécier les saveurs basques

Apprécier le monde basque, c’est aussi explorer sa richesse gastronomique, sans forcément vouloir percer ses secrets culinaires. Mais pour maximiser l’ambiance et porter le plaisir de déguster à son paroxysme, il va falloir un milieu typique de la région et propice pour un repas de rêve ! Biarritz en particulier est un centre balnéaire d’où l’on peut déguster au moins quelques spécialités phares. Dans cette ville, nombreux sont les coins de paradis et de bons plans gastronomiques susceptibles de plaire à tout le monde.

Pour débuter cette aventure culinaire basque, par exemple, pourquoi ne pas prendre l’apéritif au Bar de la cote (https://bardelacotedesbasques.com)? Comme son nom l’indique, ce restaurant se situe près de la fameuse plage Côte des Basques. Il profite alors d’un emplacement de choix à deux pas d’un joyau littoral, avec tous les avantages que cela rapporte à la clientèle : une vue directe sur l’Atlantique, des diners inoubliables devant de magnifiques couchers du soleil ou d’autres humeurs du temps, un cadre extérieur unique… À la terrasse, l’ambiance est aussi agréable, entretenue par une équipe dynamique et avenante. C’est tout un environnement idéal pour s’essayer à des formes de tapas diverses : nachos, tzatziki, boudin basque… Même accueil au bar, où les visiteurs pourront siroter en toute quiétude des cocktails à la carte, mais aussi de délicieux vins des terroirs. L’hôte des lieux se fait un devoir et le plaisir de mettre à table les meilleurs crus de la région, sans oublier les jus de fruits frais, les rhums…

Mais on ne se limite sans doute pas aux apéros quand on visite la côte basque avec l’envie de goûter aux saveurs locales. Tous les visiteurs devront s’attendre à un foisonnement de recettes et de menus inspirés, considérant la situation entre océan, forêts et terroirs des Pays basques littoraux. On retrouve ainsi des produits de la pêche et de l’aquaculture, des produits de la chasse, et bien d’autres victuailles dans les propositions de menus. À l’occasion d’une invitation à la maison d’un ami basque, on peut avoir l’occasion de redécouvrir du vrai « poulet basquaise », la salade basquaise… et un peu de gâteau basque à emporter ! En fait, il serait impossible de ne pas se satisfaire devant un festin basque.

Visites originales à Biarritz

Pour un nouveau venu dans cette commune, visiter Biarritz sera toujours impressionnant, du fait de son côté maritime et opulent en termes de paysages. On trouvera sans doute aussi une certaine originalité devant la conception de certaines maisons traditionnelles (les crampottes) aux façades bois colorées, l’étrange port des pêcheurs, ou encore l’unique et la seule Villa Belza perchée sur un rocher en retrait du bord de mer… Une ballade en centre-ville fera aussi découvrir des signes d’authenticité, à travers une architecture on ne peut plus disparate consistant en des maisons basques et des constructions néobasques, des bâtiments contemporains, des édifices d’une époque antédiluvienne, des œuvres d’art sur les places publiques…

Et bien que Biarritz soit parmi les plus petites communes urbaines de France, elle abrite des pôles d’attractivité qui peuvent ne s’apercevoir que dans les localités plus grandes. Sa vocation touristique lui enjoint de se faire découvrir avec le plus de points d’intérêt possible. Les musées sont notamment omniprésents dans la ville :

  • Le musée historique de Biarritz installé dans une ancienne église anglicane
  • Le musée d’art oriental
  • La galerie d’art

Mais parmi les lieux édifiants auxquels il faut absolument s’intéresser, la Cité de l’Océan à quelques 3km du centre-ville est un must. Il s’agit d’une sorte de musée qui présente le Grand bleu dans tous ses aspects. Les visiteurs ont à leur disposition différentes sortes d’outils pour explorer l’océan de façon immersive : animations 3D et spectacles VR, expositions interactives… L’architecture de la « cité » elle-même impressionne par sa modernité ou avant-gardisme, un peu en contraste avec son environnement bucolique. Ce qui en fait toute la beauté !

Une autre grande curiosité vaut le détour à Biarritz, à savoir le fameux Aquarium de Biarritz (https://www.aquariumbiarritz.com/fr/). Il s’agit tout simplement d’un bâtiment accueillant un immense ensemble d’aquariums géants (une cinquantaine), dans lesquels on découvre des merveilles de la faune sous-marine, ainsi que des galeries retraçant l’évolution de la vie sous-marine et le patrimoine maritime de Biarritz… Une idée de longue date (fin du XIXe siècle), cette bâtisse est construite dans les années 1930 (ouverture au public en 1933). Au fur et à mesure, la mise en place et le développement de l’Aquarium donnent lieu à la naissance de la Cité de l’Océan.

Visiter Bayonne, la capitale

Elle a beau être seulement la capitale du Labourd, un séjour long ou court à Bayonne peut équivaloir à la visite de tout le Pays basque. En effet, elle en représente tout le caractère, tout le mystère et les vérités. On peut visualiser une visite de découverte bayonnaise sous plusieurs angles.

Bayonne, capitale historique et économique du Pays basque

Centre économique du Pays basque français, capitale de la province du Labourd, Bayonne est un élément phare du circuit touristique du sud-ouest de l’Hexagone. Occupée depuis l’Antiquité (et peut-être même avant) et donc forcément chargée d’histoire, cette ville phare de la province du Labourd a longtemps été une place forte, tout en étant un port majeur, avec des activités qui s’étendent au-delà des Pyrénées. On lui érige d’ailleurs des fortifications durant le Moyen Age, sans doute en témoignage à cette importance… En visitant Bayonne, on peut retracer son riche passé maritime, politique, militaire… en photographiant divers monuments comme les vestiges de remparts du Ier siècle ou d’un ancien camp du IVe siècle du temps de l’occupation romaine, la forteresse de Château-Vieux du XIe siècle, les restes du Réduit de Bayonne (XVIIe)… Le tout est agrémenté d’espaces verts, de promenade ou de jardins botaniques accentuant l’authenticité des lieux.

Visite culturelle à Bayonne

Comme dans d’autres communes de cette région des Pyrénées-Atlantiques, l’expression d’un ancrage fort à la culture et aux traditions basques est évidente à Bayonne. Cela transparait aussi bien sur l’architecture urbaine que sur les pratiques locales. Prêt pour une visite édifiante à Bayonne ?

  • Bayonne est le creuset de diverses cultures. Mais elle s’est trouvé au fil du temps une harmonie notamment au niveau architectural, avec un style de construction identitaire pour chaque quartier : les maisons à arcades sur pilotis du centre-ville (piétonnier), les maisons à colombages avec façades bois et multicolores de la rue d’Espagne ou des quais de la Nive…
  • La commune de Bayonne est agrémentée d’un bon nombre multitude de hameaux au charme basque et plus ou moins bucolique, également constitués d’habitations traditionnelles au milieu d’un paysage vert montagneux.
  • De manière générale, la plupart des bâtiments plus ou moins anciens de Bayonne présentent des armatures en fer forgé, un autre aspect du savoir-faire local.
  • Les monuments médiévaux et les vestiges antiques remaniés illustrent l’historicité de Bayonne : les remparts romains autour du Grand Bayonne mis en relief par des espaces verts impressionnants, les fortifications (la Citadelle, le Château Vieux et le Château Neuf), la cathédrale Sainte-Marie dont le style gothique domine la ville, la tour Saint-Simon, le pont Eiffel à 2étages…
  • Le Musée basque de Bayonne est une ressource complète de connaissances sur l’identité basque. Il est lui-même installé dans un bâtiment médiéval, la maison Dagourette, au centre-ville. Sur trois niveaux, les visiteurs apprendront un maximum sur le passé agropastoral, maritime et portuaire, ainsi que l’histoire de l’artisanat basque. Tous les aspects culturels du Pays basque sont représentés au troisième niveau : l’histoire de la sorcellerie en Pays basque, les fêtes religieuses, le fandango…
  • La culture basque transparait aussi dans ses festivals annuels. Le plus connu est bien évidemment la période des Fêtes de Bayonne (depuis 1932). Au pluriel, elles sont organisées sur 5 jours, durant lesquels on compte une bonne liste de manifestations : aubades, concerts, pelote basque, grand marché local, courses de vaches, journées des fleurs, défilé des géants bayonnais… Et comme à toutes les fêtes basques, la tenue est en rouge et blanc, même pour les visiteurs ! Il existe d’autres coutumes à découvrir, comme le fait que le Maire donne les 3 clés de la ville aux habitants.
  • Une arrivée un samedi à Bayonne est une aubaine pour les amateurs de shopping à l’ancienne et d’achats de proximité. Le marché de Bayonne accueille, ce jour-là plus que d’autres, les producteurs locaux et régionaux. Outre l’épicerie fine et la vente de denrées du terroir, l’artisanat basque est omniprésent : béret basque, linge basque, etc. Chaque article est marqué de certifications évidemment (Eusko Label, Bio, AOP…), un point capital pour ceux qui recherche du véritable « Made in France ».

Bayonne : visite gastronomique en Pays Basque

Une tradition des visiteurs en Pays basque doit absolument être respectée en foulant le sol de Bayonne : déguster au moins une de ses spécialités ou celle du terroir basque en général. Il s’agit toujours de tout un univers gustatif à explorer en toute réjouissance, idéalement dans les bodegas, ces petits bistrots de taille familiale empruntés à la culture espagnole et occitane, sinon dans des restaurants qui misent sur les produits locaux et régionaux. En tout cas, la diversité des spécialités basques peut en impressionner plus d’un visiteur sur place. On peut aller de surprise en surprise, ou y apprécier davantage des denrées typiques. Voici quelques particularités à découvrir :

  • Bayonne est la capitale historique du chocolat français et consacre même une fête (au mois de mai) à cette gourmandise. Aujourd’hui, pas moins de 7 chocolatiers font vivre la tradition chocolatière bayonnaise, et partageront volontiers les pratiques chocolatières aux visiteurs dans le cadre de nombreux ateliers. Pour déguster le chocolat bayonnais, outre le musée du chocolat et d’autres monuments chocolatiers, on peut entrer dans pas moins d’une quinzaine de salons de thé qui sert du chocolat dans tous les arômes et aspects.
  • On ne peut parler de Bayonne sans dire une ligne sur son fameux jambon dont les débuts datent des temps médiévaux. Citons en particulier la principale maison de fabrique de la ville, la Maison Aubard érigée en Musée du jambon (https://www.museedujambon.eus/), laquelle perpétue les secrets de la qualité organoleptique du jambon de Bayonne. Depuis les années 1940, les charcuteries Aubard réalisent les jambons à partir de races de cochons vivant en plein air sur les hauteurs pyrénéennes de la région. De cette pratique est né le fameux jambon Kintoa certifié AOP (Appellation d’origine contrôlée), au goût exceptionnel et de qualité optimale.
  • À Bayonne, tous les aspects de l’identité culinaire basque sont mis en avant. On peut citer entre autres le fromage basque représenté par le célèbre fromage de lait de brebis Ossau Iraty, le gâteau basque…

Bonnes pratiques pour une visite à Bayonne

Afin de mieux découvrir les spécificités de la ville de Bayonne, ses plages et ses spots de surf, ses aspects architecturaux, culturels… une certaine organisation garantit un séjour en toute quiétude.

Se loger à Bayonne

En digne destination touristique, la commune de Bayonne propose un vaste panel de logements de vacances destinés aux personnes seules, couples et familles. Studios, appartements, chambres d’hôtes ou grandes villas de vacances y sont légion, que ce soit pour une nuitée, une semaine ou plus. Pour les internautes, rien n’est plus simple que de passer par les sites à moteurs de recherche, permettant de filtrer les offres et de trouver la location familiale ou la chambre d’hôtel idéale en un rien de temps. Mais quand on considère qu’on a peu de temps et tellement de choses à voir ou à faire à Bayonne, l’une des meilleures alternatives à la location traditionnelle est de louer chez l’habitant ou de louer un gîte. En permettant de profiter d’un cadre intérieur confortable et convivial comme chez soi, ce genre de pratique dispense de certaines activités, sans trop dépenser ou perdre du temps. Par exemple, l’hôte est souvent en même temps le restaurateur, un guide connaisseur (pour ne pas perdre du temps à chercher des trajets ou de lieux), une source de conseils pratiques…

Se déplacer à Bayonne

Bayonne est un milieu urbain moderne où presque tous les moyens de déplacement sont disponibles. Le Txik Txak (expression locale et marque désignant tout le réseau de transport en commun bayonnais) facilite les déplacements dans la ville. Il existe 16 lignes de bus qui traversent toute la ville, et qui transportent aussi les voyageurs dans d’autres villes voisines comme Biarritz, Bidart… À certaines occasions, les visiteurs peuvent aussi sillonner certaines parties de la ville en navette fluviale « Txalupa ». Dans l’urgence, ou si on veut une certaine intimité lors des déplacements, les taxis et la location de voitures avec ou sans chauffeur sont aussi disponibles. Pour les familles en voiture, le dispositif de parking dans la ville est bien organisé. Bayonne dispose d’une vingtaine de parkings accueillant 7000 voitures, et met à la disposition de tous un dépliant informatif mettant en lumière toutes les modalités d’accès.

Accessibilité PMR à Bayonne

La commune de Bayonne se dédie aussi aux personnes à mobilité réduite, en mobilisant tous ses services de transport de ville pour leur en faciliter l’accès. L’association Handiplage s’occupe notamment de l’accessibilité aux plages et autres sites du littoral des personnes en difficulté, tout en indiquant les milieux les plus propices pour les handicapés. La ville organise même des circuits de découverte dédiés aux PMR.

Découvrir les alentours de Bayonne

Bayonne est idéal comme point de repère ou comme base pour une visite des Pays Basques et des Landes. Sa situation géographique est un véritable atout, pour une découverte facile et complète de toute une région. De Bayonne, il n’y a que quelques 35 minutes de route à faire pour rejoindre Hendaye, et moins pour partir pour une virée à Hossegor.

Faire ses achats chez Ametzondo

Ametzondo est à moins de 10 minutes en voiture de Bayonne. On peut estimer que ce centre commercial du Pays basque se dédie aux locaux et aux Espagnols, mais tous les visiteurs de tous les horizons y sont les bienvenus. Comme partout en Pays basque, on peut très bien tomber sur des offres surprenantes et introuvables ailleurs. Pour la continuité d’une agréable villégiature en terre basque et landaise, le cadre Ametzondo est convivial et aussi propice à la détente. En particulier, à presque chaque recoin du centre se trouvent des fauteuils ou un babyfoot… et l’espace Schtroumpf de 1500m² s’y ajoute pour une expérience encore plus riche.

BUY NOW